mardi 25 septembre 2018 ,
En direct :
C’MIDI : Le « Touche Pas à Mon Poste » Ivoirien.>>Bel été et RDV en Septembre !>>Le Digital en Côte d’Ivoire >>
TendancesTinder devient-il un nouveau Facebook ?
<
>

Tinder devient-il un nouveau Facebook ?

Depuis 2012, Tinder a révolutionné le marché de l’amour et des sites de rencontres en raflant tout sur son passage. Si l’application ne communique pas son nombre de membres, il y a chaque jour en France 45 millions de « swipes », c’est-à-dire de profils consultés.  Mais désormais Tinder entre dans une nouvelle ère, et se mue en réseau social à part entière, un peu à l’image de Facebook.

Tinder a été créé par deux anciens étudiants américains de 27 ans, Simon Rad et Justin Mateen en 2012. Au départ c’est en fait Simon qui avait essayé de concevoir l’application en fonction de la personnalité de Justin, qui était plutôt casanier, et avait du mal à faire des rencontres. Il fallait ainsi faciliter la rencontre, sans trop bouger. Le principe de Tinder est donc simple, depuis son portable, chaque utilisateur fait glisser (« Swiper ») les profils et photos de personnes géolocalisées autour de lui. Il peut « liker » un profil qui lui plait particulièrement. Si la personne « cachée » derrière ce profil a un coup de cœur réciproque, elle likera également (sans savoir qu’elle a été likée initialement !). Dans le cas où deux personnes likent réciproquement, la discussion devient possible ! Et puisque les deux utilisateurs ont été géolocalisées, les rencontres sont souvent plausibles car ils n’habitent pas trop loin l’un de l’autre.

Succès inter planétaire

Le succès a été rapide, instantané et mondial. Si l’entreprise ne communique pas sur ses chiffres, on estime à 10 millions, le nombre de matchs quotidien. L’application répond donc bien à sa fonction initiale, de facilitateur de rencontres. Par ailleurs, Tinder fait désormais partie du quotidien de nombreuses personnes et a connu une notoriété grandissante au point d’être utilisé comme un verbe aux États-Unis ! Mais en contrepartie de ce succès, le modèle de l’application a lui été vite réduit à la rencontre rapide, sans lendemain, alors qu’a priori rien ne limite à ce genre de rencontre.

D’application de rencontres à réseau social

Depuis 2016, l’entreprise a pris une nouvelle orientation avec un objectif simple : dé-catégoriser et faire en sorte que ce ne soit pas qu’une application de rencontres. C’est ainsi que Tinder a effectué une certaine mue pour se « socialiser » à l’image de la création de « Tinder Social ». Avec cette fonctionnalité, il n’était plus question de révolutionner les rencontres amoureuses mais de révolutionner les rencontres amicales. L’idée est simple, mettre des groupes d’amis en relation pour faire matcher et les organiser des soirées communes. Mais cela n’a pas duré puisque Tinder Social a disparu faute de succès 1 an plus tard. En 2017, l’application a encore fait un pas supplémentaire vers sa transformation en réseau social. En effet elle a intégré dans son fonctionnement un fil d’actualité, qui permet de voir les photos et les humeurs des matchs. Cette fonctionnalité rappelle fortement celle de Facebook et son traditionnel « fil d’actu ».

Dernièrement, Tinder a même ajouté la possibilité de liker les messages et les photos… un peu à la manière d’un certain réseau social qui commence par Face et finit par Book.

Finalement, ces révolutions sont en résonance avec les déclarations passées du créateur de Tinder, Justin Mateen, qui réfutait le terme application de rencontres : « Nous n’avons jamais souhaité que ce soit une plateforme de rencontre. C’est une plateforme de découverte sociale qui facilite l’introduction entre deux personnes ». Une statistique confirme un peu cette tendance. Il n’y a  « que » 54% des utilisateurs de Tinder qui sont célibataires. Vous avez dit application de rencontres amoureuses?
 

Tinder en chiffres

  • Dans le monde entier, c’est 50 000 000 d'utilisateurs dans plus de 196 pays
  • Chaque jour, c’est 14 000 000 000 likes et 10 000 000 d'êtres humains actifs
  • Chaque seconde, c’est 16 000 likes

 

Thomas SIGISMONDI, étudiante SUP’DE COM en Bac+4 Manager de la Communication Stratégique et Digitale.

Source : www.narcity.com

Par SUP'DE COM
le 16/07/2018

Nombre de commentaires0

A+A-

Vos commentaires (0)

Ajouter un commentaire